Marchés de l’énergie

Il est essentiel pour les producteurs de pétrole canadiens de diversifier leurs marchés, afin de valoriser pleinement les ressources naturelles du pays.

L’offre de pétrole canadien est en croissance, mais à un rythme plus lent que ce qui avait été prévu initialement. Cette réalité est jumelée au fait que l’Agence internationale de l’énergie signale qu’en 2040, le pétrole servira toujours à satisfaire à plus du quart de la demande énergétique mondiale. Cela signifie que le Canada a besoin de plus d’oléoducs, dans toutes les directions, afin de répondre aux besoins mondiaux croissants ainsi qu’à ceux des marchés domestiques. Moins de un pour cent du pétrole canadien est expédié vers des marchés à l’extérieur de l’Amérique du Nord. La nécessité de construire de nouveaux oléoducs demeure pressante, pour transporter le pétrole d’ici vers les Canadiens et le monde entier.

Cliquez ici pour en savoir plus sur les façons de transporter le pétrole brut.

L’offre de pétrole de l'ouest Canadien s'accroit de 1,5 million de B/J

 

Source: ACPP, 2017

Ressources canadiennes. Retombées canadiennes.

Sans de meilleurs accès au transport maritime et aux marchés domestiques, le Canada retire moins d’avantages économiques de l’exploitation de son pétrole et de son gaz naturel. Le Canadian Energy Research Institute (CERI) estime que l’industrie du pétrole de l’Ouest canadien pourrait contribuer à verser 1,5 billion $ en taxes et impôts provinciaux et fédéraux ainsi qu’en redevances provinciales, au cours des 20 prochaines années. Cet apport économique aide les gouvernements à payer des biens et des services dont les Canadiens ont besoin: les soins de santé, l’éducation et des infrastructures publiques comme les écoles, les routes et les hôpitaux.

Ressources canadiennes. Retombées canadiennes.

Source: ACPP, 2017

Une énergie canadienne, pour les Canadiens

Malgré le fait que nous disposons de plus de pétrole qu’il n’en faut pour répondre à tous les besoins au pays, nous dépensons environ 14 milliards $ chaque année pour importer du pétrole des États-Unis, de l’Arabie saoudite, de l’Algérie, de la Norvège et du Nigeria.  Dans plusieurs de ces pays, les normes environnementales sont moins strictes qu’au Canada, ce qui n’est pas l’idéal dans une perspective environnementale globale. Avec de nouveaux oléoducs qui transporteraient le pétrole de l’Ouest canadien vers l’Ontario, le Québec et les Maritimes (qui dépendent actuellement d’importations pour répondre à leurs besoins), nous aurions la possibilité de réduire notre dépendance à l’égard du pétrole étranger, tout en conservant l’argent que nous dépensons pour des importations au Canada. Cet argent pourrait servir à créer des emplois et contribuer à la croissance économique.

Importations canadiennes de pétrole
 

Source: Statistique Canada

Le Canada et les États-Unis

La relation commerciale entre le Canada et les États-Unis est l’une des plus importantes du monde. L’énergie représente un aspect majeur de cette relation, notamment parce que le Canada est le plus grand fournisseur étranger d’énergie des États-Unis. Le Canada jouit d’une position privilégiée pour contribuer à répondre à la demande énergétique croissante des États-Unis.
  
Le Canada est le plus important fournisseur de pétrole brut et de produits pétroliers des États-Unis, avec les sables bitumineux en tête de liste. L’offre domestique croissante du Canada lui a permis de dépasser l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) pour le cumul des importations américaines, à la fin de 2014.

Les réserves de sables bitumineux ont aidé à diversifier l’offre mondiale, réduire la dépendance envers des sources de pétrole plus éloignées et améliorer la sécurité énergétique en Amérique du Nord, tout en contribuant à la croissance économique du Canada et des États-Unis. Les exportations américaines de pétrole brut vers le Canada furent environ sept fois plus élevées en 2016 qu’il y a cinq ans. Parallèlement, les exportations de pétrole canadien vers les États-Unis ont augmenté de quelque 40 pour cent au cours de la même période. Malgré une offre domestique accrue, les États-Unis auront besoin d’importer du pétrole. 


 
Source: ACPP, 2016

L’industrie pétrolière et gazière canadienne est source de retombées économiques, partout en Amérique du Nord. Près de 1 580 entreprises basées aux États-Unis fournissent des biens et des services au secteur des sables bitumineux canadiens. Par exemple, des entreprises en construction, services électriques, ingénierie et fourniture d’équipements (Source: ACPP, 2016). Le pétrole canadien trouvera de nouvelles voies vers les marchés américains et continuera de créer des emplois et de la richesse pour les Canadiens et les Américains.

Bien que les États-Unis demeurent un marché important pour les produits énergétiques canadiens, la production croissante de pétrole américain signifie que ce pays est également devenu notre plus grand concurrent. Les États-Unis ont récemment levé l’interdiction d’exporter leur pétrole et ont commencé à vendre leurs produits à l’étranger. En raison des limites de la capacité de son réseau d’oléoducs, le Canada vend 99 pour cent de son pétrole à des prix inférieurs, dans un marché nord-américain saturé. Cela signifie que le Canada ne récupère pas la pleine valeur de ses ressources. Selon un rapport de la Banque Scotia (en anglais), les retards dans les approbations de projets de pipelines priveront l’économie canadienne de 10,8 milliards $ en 2018.

Connexe

Publications de l’ACPP sur les sables bitumineux

L’ACPP propose un certain nombre de publications, présentations, statistiques et renseignements de base sur l’industrie des sables bitumineux.