Terres

L’industrie canadienne des sables bitumineux s’efforce de réduire son empreinte écologique afin de préserver la biodiversité de la région et d’appuyer le rôle des écosystèmes naturels.

Utiliser le sol pour exploiter les sables bitumineux

Les activités d’exploitation du pétrole et du gaz naturel sont menées dans divers habitats, où l’on trouve de nombreux écosystèmes abritant une grande variété de plantes et d’animaux.

Les sables bitumineux de l’Alberta se trouvent sous un territoire de 142 000 km2.  Seulement quelque trois pour cent de cette superficie, soit 4 800 km2, pourrait être touchée par l’extraction minière des sables bitumineux.

Le reste des réserves qui se trouvent sous 97 pour cent de l’étendue des sables bitumineux sont récupérables par des méthodes de forage (in situ) qui ne perturbent que très peu la surface du sol.

Réglementer l’utilisation du sol

Une surveillance environnementale fiable et à long terme, qui repose sur des données scientifiques, sert les intérêts de tous. L’approbation de nombreux organismes de réglementation est nécessaire à chaque étape, de la construction et l’exploitation jusqu’au déclassement et à la remise en état.

Les producteurs de sables bitumineux redonnent le caractère autosuffisant aux terres qu’ils ont utilisées pour leurs activités. L’état de la terre redevient équivalent à celui qu’elle avait avant l’exploitation. Pour les projets in situ, des évaluations pré-travaux ainsi que des plans annuels de conservation et de remise en état (qui décrivent les zones qui seront perturbées durant l’année de même que les mesures d’atténuation qui seront utilisées) doivent être soumis pour approbation.

L’organisme Alberta Energy Regulator (AER) régit les remises en état, évalue les demandes et procède à des inspections afin d’assurer le respect de l’Environmental Protection and Enhancement Act (EPEA) et du Public Lands Act.

Le gouvernement exige des garanties financières pour chaque projet minier afin de s’assurer que toutes les activités de remise en état prévues seront entreprises. Les exploitants des mines d’extraction de sables bitumineux contribuent au Mine Financial Security Program, un fonds de prévoyance que gère le gouvernement en vue de la remise en état des terres touchées par les opérations minières. L’argent est utilisé si les exploitants ne mettent pas en œuvre leur plan de remise en état. À ce jour, aucune somme n’a été prélevée du fonds, qui continue donc de croître.

Remise en état des terres

La remise en état consiste à rétablir les terres à l’état de paysage durable. La loi de l’Alberta exige que toutes les terres perturbées par l’exploitation des sables bitumineux soient remises en état; ces activités sont menées par les entreprises qui élaborent des plans de remise en état étalés sur toute la durée de vie du projet. Dès le début de tout projet d’exploitation, les producteurs s’efforcent de réduire leur impact en évitant les habitats fragiles, en minimisant la superficie nécessaire aux sites de forage et en travaillant avec les autres utilisateurs pour partager les routes et les pipelines.

Gestion efficace des terres

L’ACPP et l’industrie participent activement à la planification régionale de l’utilisation des terres.  Par exemple, avec le plan régional du cours inférieur de la rivière Athabasca (LARP).  Le plan LARP a établi de nouveaux cadres environnementaux visant à préserver la qualité de l’air et des eaux de surface de la région et agrandir la superficie des terres à protéger pour la conservation à plus de deux millions d’hectares. Grâce aux cadres pour l’utilisation des terres et au plan LARP, le gouvernement albertain s'est engagé à fixer des limites environnementales cumulatives pour orienter le développement des sables bitumineux.

Maintien de la biodiversité

Lors de la planification de leurs projets, les exploitants de sables bitumineux s’efforcent d’éviter les habitats sensibles et les zones protégées, d’optimiser la zone de forage et les sites de puits in situ, de travailler avec les autres utilisateurs afin de réduire l’empreinte des perturbations en partageant les routes et les pipelines et enfin, de recourir à des techniques qui minimisent les émissions.

Innovation

L’Alliance canadienne pour l’innovation dans les sables bitumineux (COSIA) regroupe des producteurs de sables bitumineux qui cherchent à accélérer l’amélioration de la performance environnementale de leur secteur grâce à la collaboration et à l’innovation. La COSIA a axé ses travaux sur la réduction de l’empreinte écologique et l’impact de l’extraction minière et du forage in situ (sur place) des sables bitumineux sur les terres et la faune du nord de l’Alberta.

Une industrie en action

RESTAURATION DE L’HABITAT DU CARIBOU

Les entreprises du secteur des sables bitumineux collaborent actuellement à restaurer l’habitat du caribou, au nord-est de l’Alberta. Au cours des dernières décennies, les activités de prospection du pétrole et du gaz naturel ont provoqué une fragmentation de la forêt boréale. Ainsi, des corridors ont été bloqués par l’exploration sismique et par des routes d’accès pour le forage exploratoire. Ces dernières années, les techniques d’exploration et de restauration ont connu des améliorations constantes, permettant aux producteurs de pétrole et de gaz naturel de minimiser les perturbations et d’accélérer le rétablissement de la forêt. Par contre, le retour du couvert forestier se fait très lentement sur les plus anciens corridors, où l’on a pratiqué la régénération passive.

Trois importantes initiatives de la COSIA abordent les perturbations linéaires passées et le rétablissement de la forêt boréale en un habitat de grande qualité pour le caribou. Les premiers projets majeurs furent le Algar Historic Restoration Project (Algar) et le Linear Deactivation Project (LiDea), dont l’objectif commun est de réhabiliter les lignes sismiques. La troisième initiative est le Cenovus Caribou Habitat Restoration Project qui profite des leçons tirées de projets antérieurs et étend la restauration de l’habitat à l’échelle de l’écosystème. Il s’agit de la plus grande superficie de restauration de l’habitat du caribou réalisée par une entreprise, n’importe où dans le monde.

CONTRÔLER LES IMPACTS SUR LA FAUNE, PRÈS DES ACTIVITÉS IN SITU

Devon Canada a des intérêts dans le secteur des sables bitumineux, au nord-est de l’Alberta. Les impacts sur la faune, la biodiversité et le sol sont des préoccupations majeures pour toutes les parties prenantes et Devon les aborde de façon proactive grâce à son programme d’atténuation et de surveillance (In Situ Oil Sands Wildlife Mitigation and Monitoring Program).

Le programme de Devon constitue un engagement à plusieurs volets qui vise à surveiller les populations fauniques, effectuer des recherches environnementales afin de combler les lacunes en termes de données et atténuer les impacts négatifs sur la biodiversité des zones touchées par les projets. Le programme a été entériné par les organismes de réglementation, comme étant la meilleure initiative de l’industrie en son genre. Il comporte les cinq éléments clés suivants:
  • Des engagements en termes d’atténuation des impacts sur la faune
  • Un programme à long terme d’atténuation et de surveillance de la faune
  • Un programme régional de collaboration et de recherche sur le caribou
  • Des pratiques BearSmart (sensibilisation aux ours)
  • Des techniques innovantes d’inventaire de la faune pour les zones isolées et les espèces difficiles à dépister
Les enseignements tirés du programme ont permis à Devon d’améliorer ses performances en matière de prédiction, de réduction et d’atténuation des impacts sur la faune.

PARTAGER