Qualité de l’eau

Dans la région d’Athabasca, divers organismes fédéraux et provinciaux recueillent des données sur la qualité de l’eau, la quantité d’eau et la santé des écosystèmes aquatiques.

L’activité industrielle menée sur les terres peut avoir un impact sur la qualité de l’eau. Il faut gérer avec le plus grand soin l’exploitation des sables bitumineux, par extraction minière ou forage in situ, afin de ne pas nuire à la qualité des eaux de surface (rivières, ruisseaux, lacs, étangs et autres sources d’eau douce) et souterraines (qui servent de base aux eaux de surface).

Pour tous les nouveaux projets d’exploitation de sables bitumineux, les producteurs doivent soumettre une évaluation des impacts environnementaux dans le cadre du processus d’approbation réglementaire. Ces rapports détaillés doivent évaluer les effets cumulatifs sur l’environnement et proposer des plans d’atténuation de tout effet néfaste. On mène des études détaillées relatives à l’eau dans le cadre du processus, et les exploitants doivent assurer une surveillance constante des eaux de surface et souterraines susceptibles d’être touchées par leurs activités.

Divers organismes fédéraux et provinciaux recueillent des données sur l’eau, afin de détecter d’éventuels effets de l’exploitation des sables bitumineux sur la qualité de l’eau. Le gouvernement de l’Alberta surveille la qualité de l’eau dans la région depuis le début des années 1970.

Qualité de l’eau et tests

On a élaboré un cadre de gestion de la qualité des eaux de surface, intégré au plan régional du cours inférieur de la rivière Athabasca (LARP). On définit des seuils et des limites afin de pouvoir émettre des avis préalables à propos de tendances peu favorables, et d’établir des limites de qualité minimale qui ne doivent pas être dépassées. Une réponse de la direction est exigée si ces seuils/limites ne sont pas respectés.

Le cadre de gestion de la qualité des eaux de surface s’appuie sur les lois et politiques provinciales existantes qui régissent la qualité de l’eau, les eaux usées et l’environnement aquatique, mais ne les remplace pas. Il ne remplacera pas non plus les actuels systèmes de gestion, comme la déclaration des déversements accidentels ou la surveillance de l’eau potable. Par contre, il viendra combler une lacune en permettant d’encadrer la surveillance et la gestion des changements cumulatifs à long terme de la qualité de l’eau dans le cours inférieur de la rivière Athabasca.

Le programme régional de surveillance des zones aquatiques (RAMP) est une initiative financée par l’industrie visant à tester la qualité de l’air dans la région des sables bitumineux. Ce programme de surveillance environnementale à plusieurs intervenants vise à intégrer les activités de surveillance aquatique à divers domaines de l’environnement aquatique, à diverses régions géographiques et aux sables bitumineux de la région d’Athabasca, ainsi qu’à d’autres activités dans cette région, afin de pouvoir définir des tendances à long terme, des problèmes régionaux et d’éventuels effets cumulatifs liés aux sables bitumineux et à d’autres activités.

PARTAGER