L’offre et la demande

Les sables bitumineux sont une source d’énergie vitale pour le Canada et le reste du monde. Notre planète dépend de différents types d’énergie comprenant le pétrole, le charbon, le gaz naturel et les énergies hydroélectrique, nucléaire et renouvelables.

Le Canada est dans une position unique pour offrir une source d’énergie à la fois abondante et sûre, car les combustibles fossiles vont satisfaire à la grande majorité d’une demande mondiale en constante augmentation – qui va progresser en même temps que les économies et que l’amélioration du niveau de vie. 

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié récemment Perspectives énergétiques mondiales 2015, rapport qui prédit une croissance continue de la demande énergétique mondiale d’ici 2040, et la poursuite de la dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles. On prévoit que les hydrocarbures vont demeurer la principale source d’énergie au monde, répondant à 75 % des besoins énergétiques de la planète d’ici 2040. Selon l’AIE, le Canada occupera le troisième rang pour l’augmentation de la production pétrolière durant cette période, derrière l’Irak et le Brésil. Comme l’indique l’AIE, le Canada possède l’énergie dont le monde a besoin – le défi que nous devons relever consiste à l’acheminer aux nouveaux clients des nouveaux marchés au cours des années à venir.

Voici les faits saillants du rapport de novembre 2015:
  • On prévoit que la Chine va devenir le plus gros importateur de pétrole au monde d’ici 2020 (et que l’Inde occupera la deuxième place d’ici 2035) et le premier consommateur de pétrole au monde d’ici les années 2030, dépassant les États-Unis. La demande chinoise de pétrole devrait passer de 10,5 millions de barils par jour en 2014 à 15,3 millions de barils par jour en 2040.
  • On prévoit que la production américaine de pétrole va passer de 11,8 millions de barils par jour en 2014 à 13,2 millions de barils par jour en 2020, puis redescendre à 10,6 millions jusqu’à 2040.
  • On prévoit que le Canada occupera le troisième rang pour l’augmentation de la production de pétrole entre 2014 et 2040, derrière l’Irak et le Brésil.
  • On prévoit que la production canadienne de pétrole va passer à 5,8 millions de barils par jour en 2030 et à 6,8 millions en 2040, incluant le gaz naturel liquide.
  • On prévoit que la production canadienne issue des sables bitumineux va passer à 3,4 millions de barils par jour en 2030 et à 4,5 millions en 2040.
  • Le Canada occupera le troisième rang pour l’augmentation de la production de pétrole pendant la période prévue, derrière l’Irak et le Brésil.

Étant donné que la consommation mondiale augmente et que les réserves de pétrole conventionnel baissent, on va avoir de plus en plus besoin d’une source de pétrole non conventionnelle comme les sables bitumineux canadiens. En 2014, la production de pétrole brut du Canada a représenté près du double de sa consommation. Parce que la majorité des réserves se trouvent dans les sables bitumineux, cette ressource pourrait devenir essentielle sur les marchés mondiaux.

Le Canada et les États-Unis

Le volume des échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis est le plus important au monde. L’énergie constitue un élément majeur de ces échanges, car le Canada est le plus gros fournisseur d’énergie étranger des États-Unis. Le Canada est tout à fait en mesure de satisfaire à la croissance de la demande énergétique américaine. 

Le Canada est le plus gros fournisseur de pétrole brut et de produits pétroliers des États-Unis, et les sables bitumineux en constituent la source principale. L’augmentation de la production nationale a permis au Canada de dépasser l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) pour ce qui est des importations américaines cumulatives à la fin de 2014.

Les réserves des sables bitumineux ont permis de diversifier l’offre mondiale, de réduire la dépendance vis-à-vis de sources de pétrole plus éloignées et de renforcer la sécurité énergétique nord-américaine – tout en stimulant la croissance économique au Canada et aux États-Unis. Les exportations de pétrole brut des États-Unis vers le Canada ont été dix fois plus élevées en 2015 que cinq ans auparavant. Parallèlement, les exportations canadiennes de pétrole vers les États-Unis ont augmenté d’environ 40 % durant la même période. Même avec l’augmentation de leur production nationale de pétrole, les États-Unis vont devoir en importer. L’enjeu n’est pas lié à la quantité de pétrole qu’ils consomment, mais à la provenance de ce pétrole.

L’industrie pétrolière et gazière canadienne génère des retombées économiques à l’échelle de l’Amérique du Nord. Plus de 1 900 entreprises américaines ont été des fournisseurs directs des compagnies exploitant les sables bitumineux et les pipelines au cours des deux dernières années. Cela incluait les secteurs de la construction, de l’électricité, de l’ingénierie et des services d’équipement (Source : ACPP). Le pétrole canadien va trouver de nouveaux modes d’acheminement vers les marchés américains, et continuer de créer des emplois et de la richesse pour les Canadiens et les Américains.

PARTAGER

Connexe

De nouveaux marchés pour le brut canadien

La diversification des marchés est essentielle si le Canada veut obtenir la pleine valeur de ses ressources naturelles.