Remise en état des terres

Les membres de l’industrie canadienne des sables bitumineux s’engagent à réduire leur empreinte écologique, en remettant en état toutes les terres touchées par leurs opérations et en préservant la biodiversité.

La remise en état est un processus continu tout au long de la durée de vie d’un projet. Les exploitants des sables bitumineux doivent élaborer un plan de remise en état et le faire approuver par le gouvernement dans le cadre du processus d’approbation de tout projet. Les entreprises demandent un certificat de remise en état délivré par le gouvernement lorsque la végétation est arrivée à maturité, que le paysage est stable et que l’on peut restituer les terres à la Couronne aux fins d’usage public.

Les sables bitumineux de l’Alberta reposent sous 142 000 km2 de terrain. La région d’extraction minière des sables bitumineux couvre 904 km2, soit légèrement plus que la ville de Calgary. Au cours des 40 dernières années, seulement 0,02 % de la forêt boréale canadienne a été perturbée par l’extraction minière des sables bitumineux. Dans la seule province de l’Alberta, environ 90 000 km2 (ou environ 24 %) de la forêt boréale sont protégés contre le développement.

Planification d’un paysage durable

Dès le départ de tout projet d’exploitation, les producteurs s’efforcent de réduire leur impact en évitant les habitats sensibles, en minimisant la superficie nécessaire aux sites de forage et en travaillant avec les autres utilisateurs pour partager les routes et les pipelines.

Parce que l’industrie des sables bitumineux est encore relativement jeune, une grande partie de ses activités de remise en état n’en sont qu’à leurs premières étapes. Les entreprises peaufinent leurs activités et les technologies qu’elles utilisent pour réduire leur empreinte écologique, et continuent de chercher des moyens de minimiser leur impact sur les terres.

Une fois les terres remises en état et prêtes pour l’ensemencement, il faut prévoir du temps pour laisser pousser la végétation:
  • Deux ans pour les prairies
  • Quatre ans pour les forêts
Forage in situ

Quatre-vingts pour cent des sables bitumineux sont accessibles uniquement par forage in situ (le bitume est séparé du sable dans le sous-sol et pompé vers la surface). Avec cette méthode, la superficie de terres perturbées représente 10 à 15 % des terres perturbées par 
une exploitation minière de la même taille, et aucun bassin de décantation n’est nécessaire.

Quand un puits in situ n’est plus productif, on le démantèle. Pour rétablir les terres à l’état de paysage durable, les exploitants doivent coiffer le puits et retirer l’équipement, nettoyer les éventuels contaminants, remplacer les terres et replanter de la végétation. Ce processus comprend la surveillance, l’ensemencement, la fertilisation, la plantation d’arbres, la récolte de semences, la récupération de la terre végétale, la création de reliefs des terrains et l’établissement de tracés.

Un certificat de remise en état est délivré quand les producteurs restituent les terres remises en état au gouvernement de l’Alberta. L’état des terres doit être approuvé par le propriétaire et satisfaire à la réglementation en vigueur.

Extraction à ciel ouvert

Dans les mines, la végétation et le sol sont régulièrement évalués. Une fois qu’une section n’est plus utilisée à des fins d’activités minières, l’exploitant la délimite en vue du drainage, remplace la terre végétale et plante de la végétation, des arbres et des arbustes. Un aspect important de la remise en état des terres sur les sites miniers est la création de reliefs du sous-sol.

La restauration des bassins de décantation (qui contiennent un mélange d’eau, d’argile, de sable et de bitume produit par l’extraction minière) constitue également un volet important du processus de remise en état des sites d’exploitation des sables bitumineux.

Surveillance

Une fois la remise en état terminée, les activités de surveillance commencent. Il faut parfois 15 ans ou plus pour établir un véritable écosystème. Les certificats de remise en état ne sont délivrés que lorsque les activités de surveillance de longue durée démontrent que les terres remises en état satisfont aux objectifs de fonction écologique équivalente.

L’industrie en action

Le rétablissement de paysages (p. ex., des forêts) sur les anciens sites miniers et leurs bassins de résidus fait partie de l’engagement constant de Syncrude en matière d’exploitation responsable des sables bitumineux. En mars 2008, le site Gateway Hill de Syncrude a été certifié par le gouvernement de l’Alberta comme étant intégralement remis en état.

PARTAGER